“Tarot et travail” de Florian Parisse

Excellente nouvelle pour tous les amoureux du “tarot de Marseille” avec des informations (via sa page Facebook) concernant le prochain ouvrage de Florian Parisse (cliquez sur le lien) qui devrait être disponible en février 2020.

“Bonjour mes ami(e)s et lecteurs(-rices)…
Comme promis je vous livre la première et quatrième de couverture de mon futur opus intitulé “Tarot et Travail” sous-titré “Les clés de votre vie professionnelle, aide à l’interprétation“. Les pages et la couleur ont été validées par mes soins ce matin même (09 septembre), donc je vous donne des informations à chaud! Les rares personnes qui les ont vu sont unanimes, ils ont été conquis tant par le texte de la quatrième de couverture que par le rendu de la première de couverture. En revanche, il faut imaginer la sortie sous presse avec la pellicule de surbrillance appliquée par l’imprimeur! En tout cas, j’adore cette couleur “prune” ou violet velouté avec un côté plus “peps” en son centre! Le prix du livre n’a pas encore été arrêté car il faut attendre de connaître le nombre de pages définitif. Je passerai la seconde quinzaine d’octobre et le mois de novembre à surveiller la fabrication du livre en partenariat avec mes éditeurs avant de leur donner mon “bon à tirer” puis le livre partira sous presse. En attendant il est dans les mains de la correctrice qui me fera part de ses remarques début octobre. Une certitude pour l’instant: le livre sera disponible à la vente le 10 février prochain. Je présume que vous pourrez le pré-commander fin janvier mais je vous tiendrai au courant, il y a encore beaucoup de travail d’ici là car si le visuel plaît beaucoup, je veux surtout soigner le contenu et ne rien laisser au hasard. Voilà qui vous permettra de vous faire une idée plus précise de ce futur opus.”

Il s’agit du sixième ouvrage de Florian et je suis certain qu’il sera (au minimum) du même niveau que ses prédécesseurs. J’ai eu la chance de découvrir les différentes étapes de la réalisation de cet ouvrage et le travail fourni est monstrueux (sincèrement… il faut être motivé pour se lancer dans une aventure de cette envergure).

A savoir :

  • “Guide de l’utilisateur” (parfait pour débuter).
  • “Tirages et interprétations – Perfectionnement” (le complément incontournable pour mettre en application les principes abordés précédemment).
  • “Guides d’interprétation des 462 binômes” (une mine d’or, résultat de nombreuses années de consultations professionnelles).
  • “Les grandes thématiques” (apporte une vision bien plus large et ouvre la porte à des interprétations nettement plus riches).
  • “Tarot et santé – Symbolique médicale et arcanes majeurs” (domaine très rarement abordé, d’une grande richesse et… certainement mon préféré).

Pour terminer, comme je sais depuis longtemps que le monde du tarot n’échappe pas aux polémiques en tous genres (il devrait pourtant…), une précision :

C’est vrai, Florian est mon professeur et un ami et on pourrait dire : “OK, d’accord… etc, etc…”, mais la question qu’il faudrait se poser est la suivante :

J’ai écris cet article parce que Florian est mon mentor ou Florian est mon mentor parce qu’il publie des ouvrages de grandes qualités et qu’il a mis au point une méthode d’apprentissage efficace ?

Pour tout dire, j’ai acheté (en une trentaine d’années) un nombre… important de livres sur le tarot de Marseille et si je dois reconnaître qu’une grande partie est parfaite pour caler un meuble, rares sont ceux qui permettent de vraiment progresser (il doit être possible de trouver moins cher pour caler les meubles).

Bien évidemment, il y a quand même quelques auteurs qui méritent le détour (Kris Hadar – par exemple – qui est aussi, pour moi, un grand du tarot) et certainement d’autres que je ne connais pas forcément (franchement, j’essaie vraiment d’éviter les polémiques…).

En fin de compte, ce qui fait la différence, ce sont les consultations (et les retours des consultants) qui confirment si, oui ou non, un ouvrage vaut le détour (et je suis certain que mes consultants seront d’accord avec moi).

Autour du tarot...

Comme rien ne vaut les images…

Comme bien souvent les images valent mieux qu’un grand discours, voici quelques photos du cabinet de consultations…

…ainsi que d’une consultation.

Autour du tarot...

Les livres à lire

Une question qui revient régulièrement lors des ateliers tarot est : “quels livres traitant du tarot méritent VRAIMENT d’être lus ?”

Je dois reconnaître que, considérant le nombre impressionnant de parutions sur le tarot de Marseille, la question est tout à fait pertinente.

Cela commence à se structurer au XVIIIe siècle avec des auteurs comme Court de Gébelin, en passant par des érudits comme Papus (“le tarot divinatoire” en 1889 ou “le tarot des bohémiens” en 1909), Éliphas Levi ou Georges Muchery (“Le tarot divinatoire, méthode complète et pratique d’astromancie”) avant d’aboutir à la diffusion de plusieurs milliers d’ouvrages sur le sujet jusqu’à… la semaine dernière.

Bien évidemment, je ne peux prétendre les avoir tous lus même si j’ai tenté d’élargir le mieux possible mes connaissances dans ce domaine en lien avec la transmission des connaissances du tarot de Marseille sous tous ses aspects.

Par conséquent, je ne citerai que les ouvrages que j’ai VRAIMENT lus (souvent plusieurs fois) et qui m’ont VRAIMENT apporté une compréhension véritable de ce merveilleux outil symbolique.

Edmond DELCAMP - Le Tarot

Edmond DELCAMP

A lire absolument pour tout ce qui touche à l’aspect symbolique comme philosophique.

Oswald WIRTH

Un incontournable qu’il serait dommage de ne pas connaître.

Un pavé pas facile à absorber (presque une épreuve pour moi) mais cela en valait la peine.

Stuart KAPLAN – Passionnant pour la partie historique.

Isabelle Nadolny – J’en ai déjà parlé mais c’est LE livre qu’il vous faut si vous voulez en savoir (beaucoup) plus sur l’histoire du tarot, de la divination, des cartes à jouer.

Passons maintenant à la partie “pratique”.

Même si c’est super d’avoir de bonnes connaissances solides comme un menhir…. encore faut-il savoir utiliser notre tarot sous un angle psychologique ou projectif (sauf si cela ne vous intéresse pas, bien évidemment : à chacun sa pratique tarologique).

Kris HADAR – Plusieurs ouvrages (tarot et numérologie à 22 nombres) qui ne peuvent rester dans l’ombre. Pour moi, il s’agit d’un tarologue “clé” de la tarosphère. J’ai énormément appris avec ses écrits.

Et pour terminer (le meilleur pour la fin), je ne peux que conseiller les ouvrages de Florian PARISSE, absolument précieux et des mines d’or pour tous les tarologues (amateurs comme professionnels).

Autour du tarot...

Tarot Artisanal (restauration de tarots)

Pour les amoureux de beaux tarots

Comme j’aime les beaux tarots et le travail bien fait, voici un lien vers le site d’un spécialiste de la restauration qui mérite le détour. Je précise que je ne le connais pas personnellement mais je lui ai commandé un jeu et je m’en suis fait offrir d’autres.

Présentation de l’auteur sur son site :

“Artiste éclectique et collectionneur de jeux de cartes, je me suis passionné pour les tarots et leur histoire. C’est ainsi qu’inspiré par les méthodes traditionnelles de fabrication de cartes, je réalise des jeux à l’ancienne, en édition classique ou sur mesure à la demande. Au delà de la restitution de tarots à l’iconographie moyenâgeuse, je propose également des créations personnelles dans un style moderne sous forme de tarots et d’oracles. Toujours en quête d’authenticité historique, mais aussi de curiosités, d’anecdotes et de réflexions libres, j’anime le blog du tarot. Aujourd’hui, Tarot Artisanal est pour moi un espace de création et de partage avec deux pôles d’intérêt : d’une part l’utilisation des cartes comme outil d’épanouissement individuel et collectif ; et d’autre part, le respect de la tradition des anciens tarots et de leur histoire.”

Autour du tarot...

“Tarot et santé” de Florian Parisse

Il faut bien reconnaître que les publications sur le tarot ne manquent vraiment pas mais, bon… comment dire… il y a vraiment de tout et, parfois, mais juste parfois… n’importe quoi.

Lors de mes consultations, on me demande de temps en temps quelle est la méthode que je trouve la plus adaptée ou les ouvrages que je considère comme les plus intéressants et, si je reconnais bien volontiers que la méthode de Florian n’est pas la seule méthode digne d’intérêt, je la cite souvent aux personnes désirant étudier le tarot de Marseille.

Tout ça pour dire que le cinquième ouvrage de Florian Parisse, “Tarot et santé”, va vite devenir aussi incontournable que les autres. En effet, la santé est abordée sous un angle différend et particulièrement fouillé.

A posséder pour les amoureux du tarot de Marseille.

Pour terminer, c’est vrai, Florian est mon professeur et on pourrait dire : “OK, d’accord… etc, etc…”, mais la question qu’il faudrait se poser :

J’ai écris cet article parce que Florian est mon mentor ou Florian est mon mentor parce qu’il publie des ouvrages de grandes qualités, qu’il est un voyant-tarologue de talent, qu’il a mis au point une méthode d’apprentissage efficace ou qu’il fait preuve d’une bienveillance et d’une humanité certaine.

Vous avez quatre heures…

Autour du tarot...

Parfois, l’ego doit s’exprimer…

Évidemment, je suis tout à fait conscient que le tarologue doit, en raison des leçons que le tarot lui a appris, faire preuve d’humilité et d’une philosophie certaine mais difficile de résister quand un professionnel de grand talent et reconnu comme Florian Parisse vous fait l’honneur de vous faire figurer sur son site professionnel.

Par conséquent, si vous le souhaitez, vous pouvez cliquer sur le lien ci-dessous.

Autour du tarot...

Histoire du tarot (LE livre…)

Voici LE livre que j’attendais depuis longtemps sur l’histoire du tarot de Marseille.

Isabelle NADOLNY a fait un travail remarquable de recherche et d’analyse.

Bien sur, cela va faire un choc pour ceux qui pensent que le tarot vient d’un lointain continent englouti ou sort de la roulotte des cartomanciennes mais, pour les amoureux d’histoire et d’authenticité, c’est une excellente nouvelle.

A savoir également qu’Isabelle organise des ateliers en lien avec l’histoire du tarot qui méritent vraiment le déplacement. 

Autour du tarot...

Un texte de Maud Kristen que je trouve vraiment bien écrit

Un texte de Maud Kristen que je trouve vraiment bien écrit…

Et si 2018 devenait la plus belle année de notre vie ?…

Au delà des voeux de minuit
Si vous voulez marcher
Jusqu’à trouver votre île

Le bon chemin ne sera jamais
Le premier
Ni le plus facile

Car Il faudra d’abord
Vaincre
Ce qui enchaîne vers le bas

Rompre les liens d’amour cannibales
Décrocher des rancunes vampires

Répudier en nous l’enfant tyran
Qui voudrait dominer le monde
Avec son sceptre de carton

Il nous faudra ensuite
Chasser de la maison
L’ expert en compromission
Qui s’est présenté comme la raison
Le jour où il a volé notre âme

Le chemin qui mène à l’île
N’attend pas que nous soyons plus grand
Mais plus juste
Ne nous veut pas plus fort
Mais plus vivant
Ne nous offre pas d’être plus aimé
Mais plus compatissant.
Il ne nous désire pas plus visible
Mais plus conscient

En communion joyeuse avec tous les règnes
En pleine empathie
Devenir le tout
Ancrés en nous-même
Scintillants comme l’ Etoile
Déployés et toujours reliés
Boucliers à l’obscurité…

Bonne année 2018.

Maud Kristen.

Autour du tarot...

Quand le tarot donne une leçon

Alors que je relisais certains de mes bouquins préférés sur le tarot de Marseille, j’ai apprécié (une fois de plus) une petite phrase de Marcel PICARD extraite de son livre “TAROTS, pratiques et interprétations” qui m’a donné envie de vous en faire profiter.

“L’Esprit du Tarot, drapé dans le grand manteau de l’ignorance, nous interroge :
Que savez-vous de moi ?
Rien est la réponse le jour de sa rencontre.
Rien est toujours la réponse après vingt ans de recherches quotidiennes.“

J’aime beaucoup ce passage qui résume bien les choses pour moi et, j’en suis sur, pour beaucoup d’autres.

Le tarot de Marseille apprend l’humilité et, dans un monde qui en manque cruellement, je trouve que c’est une bonne chose.

Autour du tarot...

Quelques notions de C.G Jung

Bien que je ne sois pas psychothérapeute, j’ai toujours été très attiré par les écrits de C.G Jung (ce qui est aussi valable pour Abraham Maslow) et, au fil des années, j’ai lu un certain nombre de ses ouvrages.

Ceci étant dit, je dois reconnaître qu’il n’est pas toujours facile de faire comprendre, avec un minimum de simplicité et de clarté, les concepts qu’il a développé dans ses recherches.

Par conséquent, voici quelques lignes rédigées par Isabelle Taubes, journaliste à “Psychologies magazine” qui me semblent pertinentes et présenter une (toute) petite partie de sa vision de manière efficace.

———–

Comment Jung devint Jung

En 1900, le jeune psychiatre Carl Gustav Jung (26 juillet 1875 – 6 juin 1961) entre au Bürgholzli, hôpital psychiatrique de Zurich, en Suisse. Six ans plus tard, il se passionne pour les idées de Freud, avec qui il entretiendra une correspondance comptant trois cent quatre-vingts lettres. Jung s’efforce de vérifier les intuitions théoriques du maître, en qui il voit un père – dix-neuf ans les séparent. En 1908, Freud propose de faire de Jung son héritier, son « dauphin ». L’idylle se termine en 1911, car Jung s’éloigne de son interprétation des rêves (le rêve comme réalisation d’un désir sexuel inconscient) pour se plonger dans les mythes, l’histoire des civilisations, la spiritualité.

Pour lui, la sexualité n’est pas le moteur de la vie psychique. En 1914, c’est la brouille définitive, Jung quittera la présidence de l’Association psychanalytique internationale, où Freud l’avait installé. Il deviendra l’inventeur de la « psychologie analytique ». Toutefois, la psychanalyse freudienne lui doit son principe de base : l’idée que tout psychanalyste doit en passer par une longue analyse personnelle pour pouvoir exercer.

Contrairement à Freud, Jung affirme que nous possédons deux inconscients : l’un individuel, où parlent nos névroses et conflits personnels ; et l’autre collectif, qui nous raconte une histoire universelle, peuplée de héros (Œdipe, Icare ou… la Belle au bois dormant) et de symboles communs à toute l’humanité. Dans une optique jungienne, en rêvant d’une pomme, je me retrouve aux côtés d’Adam et Ève, je revis symboliquement le mythe fondateur du paradis terrestre.

Transmis de génération en génération, réalité psychique mais aussi biologique, cellulaire, l’inconscient collectif est le dépositaire de toutes les réactions typiques de l’espèce humaine : la peur, l’intuition d’un danger, l’amour, l’angoisse de la mort. Nous sommes là dans un univers bien différent de la vie intérieure selon Freud, avec ses obsessions érotiques, scatologiques, inavouables. « Il est plus agréable et valorisant de se voir plongé dans un inconscient peuplé de divinités que dans l’univers de fantasmes sexuels jaillis du cerveau reptilien », remarque Jean-Jacques Antier, auteur d’une excellente biographie de Jung. En tout cas, en ces temps de désenchantement, cela fait du bien.

De l’ego au grand soi

Selon Jung, le but d’une vie est de passer de l’ego, notre petite personne, au grand soi grâce au « processus d’individuation ». Il s’agit d’un cheminement intérieur par lequel nous allons tenter de devenir le plus conscient possible, afin de nous « autoengendrer » en tant qu’individu particulier, homme parmi les hommes, mais unique. Une seconde naissance, en quelque sorte.

Pour Jung, l’enjeu est d’importance. Car «devenir conscient de son soi, c’est permettre à l’univers de devenir conscient de lui-même». «En général, l’individuation devient possible après la crise de la cinquantaine, dans la deuxième moitié de la vie, la première étant accaparé par l’ego suractif.» Pour y parvenir, nous devons nous confronter avec notre ombre (cette part dont nous avons honte), avec notre persona (notre image sociale), avec notre anima et notre animus. Nous devons cesser de nous mentir et de rejeter ce qui nous dérange en nous.

Nous ne réussirons jamais totalement, bien sûr, l’essentiel est d’essayer.

Plus qu’un grand ménage, c’est un effort d’intégration et d’assimilation des différents aspects de notre personnalité que nous devons entreprendre. Mais, prévient Jung, nous ne sommes pas des anges : «Une vie sous le signe de l’harmonie totale», sans aspérités, serait «très ennuyeuse et déprimante». Pire, «inhumaine».

Ce trajet initiatique peut passer par un travail sur soi, l’analyse des rêves, la méditation, la prière, la contemplation, l’écriture… Cette démarche est mystique, idéaliste, naïve même, mais la rationalité pure et dure rend-elle plus heureux ? Fournit-elle des réponses à nos questions existentielles : comment être plus heureux, surmonter la souffrance, aimer, être aimé, faire face à la maladie, le deuil, la mort ?

En 1946, à un vieil ami qui lui demandait quelle attitude adopter pour achever son existence dignement, Jung répondit : «Vivre sa vie.»

Vivre, c’est tout.

——–

Voilà, cet aspect de la doctrine de Jung me semble coller parfaitement au travail que doit entreprendre un tarologue souhaitant avancer sur son chemin d’évolution personnel.

Autour du tarot...
Facebook
Facebook